Loading...
fr

Blog de l'utilisateur

MJC Carcassonne

I.2 La déclaration des Principes de la Confédération des Maisons des Jeunes et de la Culture de France

 

Cette déclaration des Principes doit être acceptée, dans sa lettre et dans son esprit, et concrètement appliquée par toute MJC qui veut adhérer à la Fédération Régionale.

 

Préambule

En 60 ans d'existence, les MJC ont à la fois contribué au mieux être social des individus, et formé plusieurs générations d'hommes et de femmes en développant la personnalité de créateurs, de techniciens, de militants sociaux et politiques, de sportifs, d'artistes, d'éducateurs, d'animateurs, etc.

 

Cette part de réussite a tenu à la volonté des acteurs et à la capacité d'adaptation des MJC à leur environnement. Celui-ci évoluant, le marché des activités et des prestations est nécessairement fluctuant alors que nos objectifs sont constants.

 

Le respect des personnes et l'émergence de talents, l'engagement social, la vie communautaire, engendrent la complexité dans les rapports humains et sociaux comme dans la diversité de l'organisation choisie. Seules des valeurs librement partagées peuvent fédérer autant d'initiatives : notre cohérence ainsi fondée, s'enrichit de nos différences.

 

Aujourd'hui, face à un développement multiforme d'associations, et en plein foisonnement d'activités, il convient de réaffirmer l'originalité de notre vocation, de nos objectifs et de nos principes de fonctionnement.

 

Par son ancrage dans la société, le réseau des MJC puise la force d'imaginer des projets d'actions renouvelées.

 

Tout rayonnement des valeurs auxquelles sont attachées les MJC suppose une organisation librement consentie, respectant à la fois l'autonomie locale et la dynamique fédérative.

 

Cette déclaration des principes est proposée aux Unions et Fédérations Régionales de MJC, pour adhérer à la Confédération des MJC de France. Pour faire acte d'adhésion, il est nécessaire de se reconnaître dans les missions, les valeurs et principes de fonctionnement de cette déclaration.

 

Valeurs et Positionnement

Article 1 :
Les Maisons des Jeunes et de la Culture et les associations adhérentes aux Unions et Fédérations Régionales de MJC,qui elles-mêmes constituent la Confédération des Maisons des Jeunes et de la Culture de France, ont toutes pour vocation de favoriser l'autonomie et l'épanouissement des personnes.

 

EXEMPLES Favoriser l'autonomie des personnes :
- Au sein d'une réunion, d'une activité, de la structure, la MJC permet de donner à chacun des occasions de se poser des questions et d'avoir des réponse.
- Pour l'accomplissement d'une activité, la MJC ne se substitue pas à l'individu pour l'organisation administrative, pédagogique et financière, c'est à se dernier de trouver lui-même les éléments de réponses...

EXEMPLES Favoriser l'épanouissement des personnes :
- La MJC doit accepter l'individu comme il est. Elle s'intéresse aux gens tels qu'ils sont et se montre attentive à leurs demandes ; Comprendre pourquoi ils sont là.
- Dans un premier cas, chercher avec la personne comment lui permettre de satisfaire sa demande, et dans d'autres cas, c'est la MJC qui lui fera des propositions et lui demandera de coopérer avec elle.
- Dans toutes les propositions d'activité, il faut que la MJC impose à son animateur une exigence de qualité technique et une attention particulière aux progrès réalisés dans l'estime, la confiance et le dépassement de soi.

 

Elles permettent à tous d'accéder à l'éducation et à la culture afin que chacun participe à la construction d'une société plus solidaire. La démocratie se vivant au quotidien, les Maisons des Jeunes et de la Culture ont pour mission d'animer des lieux d'expérimentations et d'innovation sociale répondant aux attentes des habitants. De telles actions, de tels services encouragent l'initiative, la prise de responsabilité et une pratique citoyenne.

 

EXEMPLES Participer à la construction d'une société plus solidaire :
- La MJC doit mettre en place des actions inter-activités permettant une meilleure connaissance réciproque : faire découvrir que l'on peut faire quelque chose pour les autres et que les autres peuvent compter sur nous... ce résultant s'obtenant par un engagement lucide sur des valeurs altruistes.
- Une activité en difficulté doit pouvoir compter sur l'aide et la solidarité des autres activités.

EXEMPLES Animer des lieux d'expérimentation et d'innovation sociale :
- Être à même de ne pas se contenter de l'existant, ni de répéter à l'identique la même manière de faire, telle doit être la loi.
- Dans le but de faire participer le plus grand nombre et dans le cadre de ce que les gens désirent, la MJC peut faire évoluer son règlement intérieur et créer des instances nouvelles, des façons nouvelles de travailler... Par ailleurs, les initiatives individuelles sont à encourager : soit pour créer de nouvelles activités, soit pour améliorer le fonctionnement institutionnel, faire participer la MJC à des activités extérieures en lien avec les besoins de la population locale.

EXEMPLE Encourager l'initiative :
- Avant de déclarer une chose impossible, la MJC doit encourager et faire son possible pour satisfaire la demande.

EXEMPLES Encourager la prise de responsabilité :
3 aspects de la responsabilité avec des droits et des devoirs :
- loisir de faire : on encourage mais on ne se substitue pas à la responsabilité de l'individu à qui on demande de rendre compte
- la notion de gradation de la chaîne des responsabilités adhérent / animateur / responsable d'activité / administrateur / membre du bureau et Président de MJC... à prévoir dans le règlement intérieur.
- au niveau institutionnel, les responsabilités doivent être graduées, claires, lisibles, acceptées et sans ambiguïté.

EXEMPLE Encourager une pratique citoyenne :
- "Si tu as une demande, des besoins, les autres en ont aussi". Nous devons faire en sorte que cela soit respecté et ne devienne pas une lutte d'intérêt où les uns dominent les autres. Cet apprentissage du vivre ensemble se répercute sur la Cité.

 

Article 2 :
L'action éducative des MJC en direction et avec les jeunes est une part importante de leur mission. Les MJC favorisent le transfert des savoirs et expériences entre générations et encouragent les expressions et les pratiques culturelles de l'ensemble de la population.

 

EXEMPLE En direction et avec les jeunes :
Se soucier prioritairement des jeunes : notre raison d'être. Notre éthique est donc de répondre aux besoins des jeunes pour qu'ils apprennent à se connaître eux-mêmes et qu'ils trouvent leur place dans la société. Nous entendons par là tous les jeunes usagers, qu'ils soient ou non membres d'une section MJC.
Le projet associatif fera la place la plus large aux actions de découverte, d'expérimentation et de responsabilité qui sont autant de moyens éducatifs, formateurs pour les jeunes de 12 à 18 ans (ex. prévention, multiplication des rencontres, citoyenneté, projet individuel...). Il est primordial que chaque jeune reçoive un accueil personnalisé, qu'il se sente considéré comme une personne digne d'intérêt et qu'on va aider à trouver sa place dans l'organisation.

 

Article 3 :
Les MJC
et autres associations adhérentes sont ouvertes à tous, sans discrimination, permettant une relation conviviale entre les participants.
Respectueuses de convictions personnelles, elles s'interdisent toute attache avec un parti, un mouvement politique ou syndical, une confession. Elles respectent le pluralisme des idées et les principes de laïcité mis en avant dans les valeurs républicaines. Elles contribuent à la création et au maintien des liens sociaux dans la ville, le quartier et le village.

 

Ouvertes à tous :
Les MJC se doivent d'accepter toutes les demandes d'adhésion. Les comportements au sein de l'association décideront du maintien de l'adhésion. Pour éviter tout arbitraire, la MJC doit prévoir dans son règlement intérieur les limites à cette ouverture et les sanctions encourues dans un souci d'équité (ex : violences physiques et morales, racisme...).

Sans discrimination :
L'accueil doit être le même pour tous : c'est fondamental. L'information qui participe à l'égalité de traitement entre les personnes doit être adaptée aux différents publics.

Respectueuse des convictions personnelles :
Au niveau interne, elles doivent tendre à favoriser (en les contrôlant) toutes les formes d'expressions culturelles et philosophiques dans un cadre contradictoire et respectueux des personnes. Au niveau externe, les MJC doivent faire connaître cette façon de vivre ensemble, sans porter un quelconque jugement. Dans certains cas cependant, la MJC sera appelée à se prononcer publiquement, notamment si nos principes ne sont pas respectés ou nos valeurs bafouées.

S'interdisent toute attache avec un parti politique... une confession :
Si nous avons exigé des adhérents une réserve quant à l'expression de leurs opinions, il en va de même pour les prises de position de l'association et de ses responsables. Le principe de l'indépendance de l'association prime. Toutefois, il n'y a rien de plus normal que de traiter avec des personnes élues démocratiquement aux postes de gestionnaires de la collectivité. Afin d'éviter d'éventuels écarts, le service de communication de l'association s'assurera des écrits ou des expressions présentées par des adhérents au nom de l'association et qui pourraient la compromettre. Le Président doit être vigilant et garant des écrits et publications, sous le contrôle de son CA.

 

 

Article 4 :
Cet enracinement n'est possible que si les MJC et les associations adhérentes, aidées par les Unions et Fédérations Régionales sont à l'écoute de la population et participent au développement local. Elles agissent notamment en partenariat avec les collectivités locales et territoriales. Elles sont une force de proposition, œuvrant pour l'intérêt général, et agissent comme des lieux de médiation sociale.

 

Écouter la population - participer au développement local en faisant des propositions :
La MJC doit se doter des moyens de noter toute remarque et toute suggestion émanant des adhérents et des activités, analyser l'évolution des besoins, savoir y répondre et ne pas hésiter à supprimer tout ce qui est caduc et ne correspond plus à un besoin "périmé". L'adaptation des réponses aux besoins exprimés dépasse le cadre de l'association. La MJC peut regrouper, pour les faire réussir, les forces vives de la société (associations, municipalité, instances administratives...). Elle peut aussi contribuer à des projets, émanant d'autres instances qu'elle-même, en apportant sa note personnelle dans le cadre de nos valeurs, et en veillant toujours à proposer les méthodes les mieux adaptées aux besoins exprimés en fonction de l'évolution permanente des mentalités et de l'environnement.

Force de proposition oeuvrant pour l'intérêt général :
C'est "apprendre à marcher en marchant". On peut innover en testant de nouvelles idées, et vérifier que ce qui était irréalisable peut devenir réalisable tant sur le plan du fonctionnement que sur le plan de la création d'activités. Ne pas avoir peur de l'échec. On ne doit pas systématiquement répéter le modèle associatif tel que nous l'avons reçu depuis sa création. Il faut constamment s'adapter aux changements de la société, créer des conditions qui vont nous permettre de développer notre projet associatif en fonction des opportunités du moment, mais aussi des personnes du moment. Se situer également dans la prospective, se tourner vers l'avenir, anticiper. Faire des propositions, c'est instiller dans l'environnement les valeurs auxquelles nous tenons. Savoir tendre nos sens sur ce qui nous entoure pour déchiffrer le monde qui nous environne sans se tromper d'époque ni de mode... Ne pas refuser la remise en cause.

 

Article 5 :
La Confédération, les Unions et Fédérations Régionales des MJC, les associations et les MJC locales adhérentes s'engagent à une pratique et à une conception active de la démocratie. Elles suscitent le débat d'idées ; elles favorisent la créativité et l'initiative, l'innovation et l'expérimentation.

 

Conception active de la démocratie par la confrontation d'idées :
La confrontation des idées prend ici le sens de débat intellectuel mais aussi nous ramène à la constatation que les idées doivent être confrontées à la réalité des choses et surtout à leurs propres contradictions, pour qu'elles deviennent des convictions à l'épreuve des faits. Par exemple, lors d'un CA ou d'une réunion, lorsqu'une personne propose quelque chose, une nouvelle réponse, avant de dire "non", il faut étudier sa proposition avec comme parti pris la faisabilité de la chose et non son infaisabilité, même si cela doit être discuté lors d'une prochaine rencontre, on ne dit pas non pour évacuer le problème. Bien souvent, l'administrateur ou l'animateur qui refuse de prendre en considération des idées nouvelles (incongrues, allant apparemment à l'encontre de l'ordre établi ou tout simplement qui trouble la pensée unique), le fait dans un réflexe commandé par la surprise, l'apparente inefficacité de la proposition, parce que la chose a été déjà expérimentée sans résultat... ou dans un mouvement visant à couper court à un débat qui se prolonge et qui allonge le temps de la réunion.
Évacuer le débat, c'est faire précisément tout le contraire de ce qui est préconisé. Mieux vaut une discussion stérile qye pas de débat du tout.

 

Article 6 :
Les MJC sont originales de par la variété de leurs expériences ; elles mettent à la disposition de la population leurs compétences et savoir-faire dans la manière de maîtriser des projets, de gérer des équipements collectifs et d'animer les relations entre les personnes. Avec les élus et animateurs bénévoles et leurs salariés, elles ont une exigence de qualité et de pertinence pour leurs offres de service en matière de loisirs, d'insertion, d'animation et de formation.

 

Atteindre la maîtrise des projets et de la gestion :
Ce sont les deux clés de la réussite et de l'indépendance. Les résultats sont : l'épanouissement des individus, la possibilité d'éprouver le plaisir du travail accompli, la joie de la réussite (du collectif), la confiance en soi, l'envie d'entreprendre des projets de plus amples dimensions, etc.
La maîtrise des projets et surtout leur réalisation est l'élément qui donne cette sensation de dynamisme, que l'on va de l'avant, que ça bouge... L'effet d'entraînement auprès des jeunes n'est pas négligeable. La pugnacité est une qualité indispensable au bon dirigeant.

Développer le professionnalisme des cadres :
Exiger des cadres (bénévoles et salariés) les mêmes sujétions que dans les milieux professionnels traditionnels : rigueur, ponctualité, conscience professionnelle, action dans l'intérêt de l'adhérent sous couvert de celui de l'association, mais aussi la maîtrise de la Culture Maison propre aux MJC, et son enseignement.
Les MJC ont une pensée, une philosophie sur le long terme. Leur plan d'action est visionnaire, il doit intégrer la vie associative dans son ensemble, les problèmes de société qui font l'air du temps de notre époque et pour les années à venir.

Exigence de qualité et de pertinence :
Adapter les besoins en formation à la demande ; ce besoin est lié aux changements provoqués dans les clubs d'activités : disparition, renouvellement, modification, professionnalisation... évolutions techniques, juridiques pour une part et en fonction de l'âge des personnes concernées ou de leur place dans l'association. Pour une autre part, la nécessaire responsabilité des animateurs salariés ou bénévoles demande une formation aux législations en vigueur, à la technique comptable, à la pédagogie.
Nous pourrions rajouter à l'article 6 sur la dernière phrase : "avec les élus et animateurs bénévoles et leurs salariés, elles ont une exigence de qualité et de pertinence pour leurs offres de service en matière de loisirs, d'insertion, d'animation et de formation directement inspirée par la philosophie qui lui est propre, la base essentielle de toutes les pensées et de toutes les actions".

 

Article 7 :
Le partage des mêmes valeurs, la définition en commun des grandes orientations pour les élus bénévoles et les professionnels, le fonctionnement en réseau et le respect de l'autonomie de chaque échelon fondent l'originalité et la dynamique de la Confédération des MJC de France.

 

Œuvrer au sein d'un réseau avec ceux qui partagent les mêmes valeurs en respectant l'autonomie des chacun :
Les "mêmes valeurs" ne sont pas à confondre avec des choix politiques, religieux, syndicaux. Les "mêmes valeurs" dont il est question sont celles où s'inscrivent les prérogatives de la nature humaine : disposition de soi, choix de ses propres actes, responsabilité, affranchissement spirituel (voir article 3), respect de l'autre et attachement à la dignité de la personne humaine.
Reconnaître les autres Maisons et UD comme des alteregos, des membres d'une même famille et non comme des rivales, voire des ennemies. Partager des activités communes sur le concept de partenariat interne. Le partenariat interne peut se définir par opposition à la rivalité de pouvoir, à la concurrence entre activités, à l'affrontement entre des personnes qui souhaitent personnaliser le leadership. La configuration de partenariat est le maître-mot de la Charte, partenariat avec les élus, entre les MJC, entre les MJC et les UD, entre les UD et la FR, entre les Fédérations et la Confédération. Se réunir pour renforcer les moyens de réalisation d'objectifs jusqu'alors hors de portée d'une MJC seule. Échanger les expériences, institutionnaliser des échanges... Harmoniser les politiques tarifaires. Assister l'association qui s'écarte des valeurs pointées dans la Charte... Promouvoir l'idée de fédéralisme, participer aux AG.
Tout ce qui est dit, c'est un état d'esprit à acquérir et à développer. Pour telle opération donnée, définir qui fait quoi. De préférence, chacun se voit investi d'une part de responsabilité, l'addition des efforts allant vers le résultat espéré.

Le respect de l'autonomie de chaque échelon :
Le fonctionnement en réseau n'implique pas une perte de personnalité, ne doit pas entamer la capacité de chaque MJC et UD d'innover, de créer et d'exprimer son identité. Ceci étant posé, il est essentiel d'affirmer que l'autonomie de chaque échelon s'arrête aux limites tracées par la présente charte. Dans le cas où l'autonomie serait invoquée pour mener des actions contradictoires avec les orientations collectives, c'est aux instances de la FR que reviennent les prérogatives d'intervention et de correction (cf article 9).

 

Article 8 :
La Confédération veille au respect, par les Unions et Fédérations Régionales, de la présente Déclaration des principes. Elle génère, par la recherche et le débat, les orientations stratégiques ainsi que l'actualisation de son rôle et de son utilité sociale. Celles-ci sont arrêtées en commun avec les Unions et Fédérations Régionales.La Confédération représente le réseau au niveau national et international.

 

La Confédération représente le réseau au niveau national :
Les avis de toutes les MJC sont les bienvenus dans l'élaboration des propositions régionales pouvant être émises au niveau national. Il est souhaitable que ces avis soient transmis par écrit au Président de la FR pour instaurer un débat au niveau régional dont le résultat sera porté à la connaissance de la Confédération. Ce qui fait que la charte intègre au maximum ce que les régions (et les MJC) ont en commun et devient par là le texte de référence défendu à l'extérieur. En retour, elle constitue le code moral qui s'impose à l'ensemble du réseau. La Confédération aura pouvoir de la faire respecter selon nos statuts.

 

Article 9
Les Fédérations Régionales animent le réseau des MJC et associations adhérentes, sur la base des orientations stratégiques qu'elles ont contribué à définir. Elles prennent l'initiative de les mettre en œuvre en direction et avec les MJC et les associations concernées, notamment les unions locales, intercommunales et départementales.
Elles veillent à la cohésion du réseau et au développement d'actions communes.
Elles offrent des services adaptés aux besoins et aux attentes des MJC et associations adhérentes.
Elles les conseillent et les assistent à leur demande. Elles représentent le réseau au niveau national, départemental et local.

 

La FR anime le réseau des MJC et veille à sa cohésion :
La Fédération, c'est-à-dire le Directeur Régional assisté par le personnel fédéral sous la direction du Conseil d'Administration fédéral, veille à l'équilibre du réseau en s'attachant à ce qu'aucune MJC ne soit à la traîne. Des animations régionales, des formations spécifiques, des réunions régulières de directeurs et d'animateurs salariés de la FRMJC-LR sont des éléments de cohésion au même titre que l'organisation d'événements ponctuels (échanges internationaux, prévention...). Le fonctionnement institutionnel de la FRMJC fera la place à des rencontres entre les administrateurs (conseil consultatif, travail en commission...). Cette cohésion n'est pas incompatible avec l'autonomie des MJC. La cohésion du réseau a une dimension régionale.

La FR et les MJC associées à des projets communs. Les MJC associées directement entre elles :
Leitmotiv de la Charte, les regroupements permettant de dégager des moyens supplémentaires sont aussi des facteurs d'ouverture aux autres, des multiplications de rencontres, des occasions de s'offrir la compétence de partenaires. Ce qui compte dans ces actions collectives, c'est la dimension ambitieuse de l'activité ou de l'événement. C'est aussi l'opportunité de médiatisation ainsi offerte. C'est encore le renversement d'une image dans l'esprit de ceux qui méconnaissent nos associations. C'est enfin une chance pour la MJC sans permanent de bénéficier de l'apport d'un directeur ou d'un animateur. Cette ultime remarque permet d'envisager les projets communs sous un angle autre que l'animation locale, même si celle-ci en fait partie. Des projets de gestion informatisée, des projets de création de postes communs à plusieurs MJC sont également envisageables. Cette disposition favorisée par la conception d'actions sur le réseau sera utilisée de préférence pour les Actions jeunes. Elle vaut aussi pour les actions communes entre plusieurs fédérations régionales.

La FR offre des services adaptés aux attentes des MJC :
Bien évidemment, les attentes prises en compte doivent se situer dans le cadre des valeurs et des statuts de la FRMJC. Le plus sûr moyen consistera en une meilleure représentation des MJC au sein du CA Fédéral ou au sein des commissions permanentes. Si sur ce point précis, on veut que l'offre corresponde à la demande, rien de tel que de planifier des rencontres régulières dans les secteurs et des réunions fédérales délocalisées.

La FR conseille et assiste la MJC dans l'élaboration du projet global de l'association :
C'est la raison d'être de la Fédération Régionale. Cet aspect des relations entre la FR et la MJC est trop souvent oublié : "mais que fait donc la Fédération pour nous ?". L'existence de la Fédération procède d'une mise en commun des forces dans le but d'en obtenir une représentativité, une légitimité au niveau des institutions publiques. Ce qui fait dire qu'une Fédération tire ses forces de celles de ses adhérents. A adhérents faibles, Fédération faible... (et personne ne peut alors le lui reprocher). Si l'on a à l'esprit qu'il vaut mieux pour tous avoir une Fédération forte, cela ne se décrète pas. C'est d'abord une prise de conscience, puis une transcription dans les actes de cette volonté. Il ne s'agit pas d'un donnant / donnant ; la mise en place des projets dans les MJC ne s'effectue pas selon une tarification ou un barème. Les moyens dont dispose la FR sont à la disposition de tous, mais tous n'en ont pas besoin de la même manière ni dans les mêmes quantités. Comment illustrer de plus belle manière ce que peut être la mise en place d"'une société plus solidaire ?".

La FR représente le réseau au niveau national, départemental, régional et local :
La FR et la CMJCF mènent une réflexion permanente sur les stratégies. C'est l'objectif du Plan d'Action Régional qui doit lui-même s'articuler ou se coordonner au niveau national. Des stratégies à court terme ou moyen terme... Il est difficile d'imaginer le long terme sans courir le risque de ne plus coller aux réalités. Des projections sont toujours utiles et sont confiées à un groupe de prospective qui doit fonctionner de façon régulière. Le long terme existe tout de même : c'est la réalisation aboutie de la vocation de la MJC, à savoir l'instauration de la démocratie, de la citoyenneté, de la laïcité, des libertés des individus.

La FR représente les MJC aux niveaux départementaux et régionaux :
Tout faire pour que les MJC soient connues, reconnues, légitimées par les instances politiques, culturelles, associatives, sportives, de formation... C'est dire qu'une stratégie de représentation et de relationnel est à développer au même titre que les actions décrites précédemment. La liste des instances départementales et régionales ne peut être arrêtée. Dans l'absolu, aucune n'est négligeable. Dans les faits, il convient de conjuguer les moyens humains dont dispose le réseau pour établir les priorités. La voix des MJC au niveau départemental et régional est celle de la FR.

 

Article 10 :
Les MJC et associations adhérentes représentent localement le réseau. Elles sont encouragées à élaborer chacune un projet cohérent de développement dans le respect de la présente Déclaration de principes.
Ces projets sont définis localement car ils doivent être l'expression de la volonté de l'association et prendre en compte les besoins socioculturels de la commune, du quartier, les attentes des partenaires de la MJC ou d'autres intervenants.
Pour élaborer ces projets, les MJC s'appuient sur les orientations stratégiques et bénéficient de l'assistance des Unions et Fédérations Régionales.

 

La FR prend en compte les besoins de la commune, de la ville, du quartier, du village :
Cette liste dit bien que l'activité de la MJC ne saurait se limiter à l'intérieur des clubs, ni des murs d'enceinte de l'association. Il y a une pensée que l'on peut légitimement avoir ; celle d'une harmonie d'action qui s'étendrait par la dynamique d'une synergie des Fédérations, sur l'ensemble du territoire de la Confédération. Cette pensée donne une autre portée à notre action globale et inflige un démenti à ceux qui nous déclarent sans utilité. Elle devient un argument de valeur dans la reconnaissance pour notre association de son utilité publique.

La FR bénéficie de l'assistance des Unions Départementales et Fédérations Régionales :
Le plan d'action régional conçoit un domaine d'activité stratégique spécialement ciblé sur l'animation locale. Il en découle une offre de service de la Région vers une aide directe aux Maisons. La FR aide la MJC au niveau du montage des dossiers ainsi que des interventions auprès des élus ou décideurs.
Les UD dans le cadre d'un accord avec la FR, peuvent être investies d'un rôle d'animateur ou prendre en charge d'une manière autonome la réalisation de certains projets locaux sur leur territoire.

 

CONCLUSION

Cette charte a été  signée par les représentants des 1000 Maisons des Jeunes et de la Culture qui adhérent à ses principes. Elle confie aux Instance Régionales le soin de la faire connaître et le pouvoir de la faire appliquer.

Plus nombreux seront celles et ceux qui, après en avoir pris connaissance, en transmettront à d'autres la substance et l'esprit, plus la société disposera de citoyens capables de s'affranchir de tous les prêts à penser qui foisonnent.

Leurs initiatives, leur imagination mises au service d'un monde tolérant et solidaire apporteront une contribution majeure au progrès social.

 

RIEN N'EST POSSIBLE SANS LES HOMMES

ET

RIEN N'EST DURABLE SANS LES INSTITUTIONS

MJC Carcassonne

I.1 L'Éducation Populaire

 

Au regard de l'Histoire, il n'y a pas de définition unique mais une pluralité de définitions de l'Éducation populaire.

 

Les acteurs s'accordent à penser que l'éducation populaire consiste à permettre à tous d'acquérir des connaissances pour comprendre le monde, s'y situer, participer à la vie du pays, être citoyen actif, transformer ce monde. On retrouve dans cette définition la notion d'instruction pour tous, de liens avec la République et la citoyenneté, et la question de la transformation sociale et politique. Il est impossible de fixer une date de naissance de l'éducation populaire. Les dates qui reviennent le plus souvent sont le rapport de Condorcet (1792), la naissance de la ligue française de l'enseignement en 1866 avec Jean Macé, la Commune de Paris (1871), le Front Populaire (1936), la Résistance (1940).

 

A la Libération, deux notions sont centrales. On parle de cultures populaires et d'éducation populaire. Les Maisons des Jeunes, à la libération, recherchent des principes qui doivent guider l'institution en France d'une éducation populaire digne de la IVe République. Tout le monde s'accorde sur la nécessité de mettre en place non seulement un système scolaire mais aussi des institutions dont le but est de développer la culture populaire.

 

La promotion de la culture populaire, ou plus précisément des cultures populaires, revêt plusieurs significations. L'action doit consister en un effort de promotion culturelle mené auprès des travailleurs, elle doit aussi être une action culturelle libératrice ayant pour but l'épanouissement des personnes et, enfin, elle doit être tendue vers l'affirmation culturelle d'un peuple ou d'un milieu social minoritaire. L'attention accordée à la pluralité des cultures, à l'identité culturelle, au régionalisme, à la vie quotidienne, manifeste une dynamique nécessairement militante.

 

La culture populaire ne se définit ni par son niveau, ni par son contenu, elle se définit par son public. Au-delà des jeunes, la culture s'adresse au peuple entier - à tous ceux qui, adolescents ou adultes, ont fini leurs études. La promotion des cultures populaires est conçue comme un moyen d'intégrer l'ensemble des individus dans une société harmonieuse afin de façonner une société nouvelle idéalement démocratique.

 

L'éducation populaire prend sa place dans l'espace social "laissé libre" par les Églises, les Syndicats, les Écoles, les Entreprises, qui ne continuent pas moins à occuper cet espace via de nombreuses associations qui organisent de fait une partition de la jeunesse et, au-delà, du peuple, selon des lignes de clivages politiques et religieuses. L'éducation populaire laïque doit empêcher ces clivages. Seule l'instauration d'une nouvelle société avec une répartition des richesses, artistiques et autres, permettra vraiment une culture populaire, à condition de s'adresser à la masse populaire et non à une classe privilégiée.

 

Dans les années 1960, l'éducation est redéfinie. La dimension collective demeure mais la dimension individuelle sort renforcée. Il s'agit de permettre à chacun de développer sa personnalité, d'être apte à appréhender le monde actuel et à réaliser cette progression en communauté pour dépasser son propre progrès et le fondre avec celui des autres. Il ne s'agit donc pas simplement d'activités de loisirs mais d'une prise de conscience collective des problèmes économiques et sociaux afin de susciter l'action d'une communauté dans l'évolution et la transformation rapide de la société. L'éducation populaire touche au culturel, à l'éducatif et, par ce cheminement, atteint l'économique, le social et le civique.

 

La MJC, institution d'éducation populaire, est donc mise à la disposition de toute la population d'un village, d'un quartier, d'une banlieue, d'une ville pour que tout le monde s'y rencontre et y organise librement des activités correspondant aux aspirations et aux besoins des uns et des autres. Elle a donc pour vocation de donner à chaque individu les moyens de développer sa propre personnalité pour se mettre au service des regroupements et associations et pour contribuer au développement de la "cité".

 

L'éducation populaire tend à se faire permanente. Elle recouvre un large spectre d'activités qui ont toutes en commun de traduire le désir de susciter l'émergence d'un nouvel ordre éducatif, par opposition au "désordre éducatif". L'éducation de l'homme ne se termine pas avec la fin de la scolarité, elle continue pendant toute la vie.

 

_____________________________________________________

 

Dans sa circulaire de novembre 1944, Jean Guéhenno, alors directeur des mouvements de jeunesse et de la culture populaire, définit le but à atteindre :

 

"Nous voudrions qu'après quelques années, une Maison d'école au moins dans chaque ville ou village soit devenue une "Maison de la Culture", une "Maison de la jeune France", un "Foyer' de la nation", de quelque nom qu'on désire la nommer, où les hommes ne cesseraient plus d'aller, sûrs d'y trouver un cinéma, des spectacles, une bibliothèque, des journaux... de la joie, de la lumière... Cette Maison serait en même temps une "Maison des jeunes". Il est évident que la culture populaire s'adresse d'abord à la jeunesse. La Nation doit sauvegarder son capital le plus précieux en regroupant ses jeunes, les préparant par l'effort et dans la joie à édifier leur cité de demain".

 

_____________________________________________________

 

L'éducation est une manière de vivre, une manière d'être au monde, d'être éveillé au monde. Elle consiste à prendre conscience que la connaissance n'est pas une révélation. C'est reconnaître, dans la part de vérité qu'on détient, le travail des générations. C'est situer le savoir d'une époque et le savoir d'un individu à un moment de l'évolution des idées...

 

De l'éducation populaire permanente à l'animation globale, il n'y a qu'un pas. La "fièvre animationniste" de la fin des années 1960 réussit un étonnant consensus autour de l'idée qu'il faut développer la communication, mettre les individus en relation. La Nation se réalisera autour du partage d'une même culture. Plus qu'un ensemble de techniques, l'animation est d'abord un état d'esprit qui se traduit par une ouverture aux autres, un sens du contact, par une attitude coopérative des animateurs, des associations privées, des administrations publiques et des habitants : c'est le moteur d'une promotion individuelle et d'une promotion collective.

 

L'animation n'est pas une simple technique mais un ensemble de méthodes et de procédés par lesquels l'ensemble des habitants d'une région géographique définie unissent leurs efforts à ceux des pouvoirs publics en vue d'améliorer la situation économique, sociale et culturelle de la collectivité, d'associer cette collectivité à la vie de la "nation", aujourd'hui à celle de l'Europe, et de développer la participation et la responsabilité des habitants. L'ambition de cette animation globale est de transformer l'état d'assistance et de passivité en attitude positive, active et créative. C'est aussi de ne pas se limiter aux populations en marge, mais de réaliser une harmonieuse coopération en vue d'établir une intégration des diverses couches sociales et une vie démocratique plus active.

 

_____________________________________________________

 

L'action Culturelle doit avoir une dimension éducative. C'est ce qu'exprime en 1945, Jean Guéhenno, directeur des mouvements de jeunesse et d'éducation populaire :

 

"Il semblerait que l'homme le plus cultivé est celui qui a entendu le plus de disques, vu tourner le plus de films, assisté au plus grand nombre de pièces de théâtre, a été le plus souvent dehors, hors de lui-même, par ses oreilles et par ses yeux. Mais la culture n'est pas cela et tout ce que nous faisons pour augmenter ce bruit ne fait qu'augmenter notre "servitude". Elle est une chose beaucoup plus difficile, beaucoup plus intérieure et plus personnelle. Les loisirs ne sont pas la culture. L'éducation populaire doit partir de la vie même, doit se situer dans la vie même, c'est ce qui fait sa difficulté".

MJC Carcassonne

Voici un recueil de fiches techniques à l'usage des responsables des MJC. Il a été conçu dans un triple but.

 

Le premier est de rappeler que les Maisons des Jeunes et de la Culture ont des valeurs, des missions, des objectifs clairs et parfaitement identifiés.

 

Le deuxième est de rappeler qu'il existe des règles propres au fonctionnement associatif des MJC, exprimées dans un langage simple.

 

Le troisième est d'être d'une utilisation simple à la portée de tous les responsables des MJC.
Ce qui pouvait en alourdir l'emploi a été supprimé. En cela, les auteurs montrent bien qu'ils destinent ces fiches à ceux dont la connaissance du fonctionnement statutaire des associations MJC est mal assurée. Ils s'adressent aux présidents et administrateurs nouvellement élus, mais aussi aux responsables d'associations nouvellement créées... Mais encore, l'utilité de ces fiches s'avérera précieuse dans beaucoup d'autres situations auxquelles sont confrontées des responsables plus chevronnés. Enfin, elles seront un premier recours en cas de conflit à propos de gestion ou d'administration.

 

Conduire une assemblée générale selon les règles de l'art, ou une réunion de conseil d'administration, ne s'invente pas.
Trop souvent, dans le monde des MJC, ces choses-là sont traitées comme des formalités privées, entre des personnes qui se connaissent, et ce, sur le mode affectif.
Ce guide rappelle qu'en agissant ainsi, on commet une grave erreur.

 

La cause des déviances (perte d'identité de l'association, noyautage par un clan...) que l'on constate encore trop souvent, vient dans une très forte proportion du non-respect de nos propres règles de fonctionnement MJC. Ainsi, malgré le dévouement des bénévoles et la passion qui les anime, l'association va devenir une famille de copains où l'on vit de façon agréable, un simple lieu de plaisir qui insidieusement, se révélera un lieu fermé, sans débat, sans contrôle, sans remise en question, sans compte à rendre...
Une telle image montre une association qui ne remplit plus son rôle pourtant défini statutairement. Elle est tirée vers le bas (Art.12 Statuts).

 

Les grandes missions de démocratie, de laïcité, de formation civique et d'éducation populaire sous-jacente à chacune des actions en MJC, sont-elles difficiles à appliquer ?
Elles exigent pour cela un effort soutenu, continu, permanent. Elles ne s'accomplissent pas d'elles-mêmes et ne résistent pas à leurs ennemis naturels : le laisser-aller, la démagogie, le copinage.

 

L'effort de volonté est-il suffisant ? L'accomplissement des vocations de la MJC repose sur un minimum de formalisme statutaire et un maximum de rigueur, si l'on veut atteindre une culture dynamique sans cesse renouvelée et enrichie par des débats, des confrontations. Ainsi, les règlements auxquels ont s'est conformés sont soumis eux-mêmes à des modifications au cours d'un processus démocratique permanent en conformité avec les statuts de la FRMJC, qui a institué à cet effet l'Observatoire de la vie démocratique.

 

L'édification d'une association qui aspire au respect, à la durée, à la notoriété, à la reconnaissance, ne peut se passer de la structure mise en place par les statuts et le règlement intérieur.

 

C'est précisément par le respect systématique de ces principes de base que parvient à se forger un outil fonctionnel spécialisé et adapté aux changements de personnes qui, de génération en génération, se succèdent à la tête de l'association pour en transmettre les valeurs.

MJC Carcassonne

Guide conçu et réalisé par :
Nathalie BOULBES, Robert COLOMBIES, Jean YCHE

Sommaire

Préface

I. Conception et esprit des MJC

I.1 L'éducation populaire
I.2 La Déclaration des Principes de la CMJCF

II. La MJC

II.1 La MJC pour quoi faire ?
II.2 La création d'une MJC
II.3 Les activités
II.4 Fonctionnalités administratives de la MJC
II.5 La neutralité de la MJC au quotidien
II.6 Le Projet Associatif
La gouvernance pour les petites et moyennes associations

III. Fonctionnement démocratique et statutaire

III.1 l'Assemblée Générale
III.2 Le Conseil d'Administration
III.3 La réunion du CA
III.4 Le Bureau
III.5 Le Conseil de Maison
SYNTHESE

IV. Les spécificités des rôles des dirigeants bénévoles et professionnels

IV.1 L'Administrateur
IV.2 L'accueil du nouvel Administrateur
IV.3 Le Président
IV.4 Le Trésorier
IV.5 Le Secrétaire
IV.6 L'Assesseur
IV.7 Le Membre de droit, membre associé, membre d'honneur
IV.8 Le Directeur
IV.9 Le Coordinateur Politique Enfance Jeunesse
IV.10 L'animateur Socioculturel de MJC
Le travail d'équipe

V. Environnement des MJC

V.1 La Confédération des MJC de France
V.2 La Fédération Régionale
V.3 Les Fédération et Unions Départementales
V.4 Pour être administrateur fédéral
Réseaux, mutualisation et fédérations : des outils de dynamisation de la Vie associative

Annexes

VI. Outils de gestion

VI.1 Modalités de déclaration
VI.2 Durée de vie des documents
VI.3 Les différentes responsabilités
VI.4 L'organisation de manifestations
VI.5 Le Projet éducatif
VI.6 Le Projet associatif

MJC Carcassonne

Burlingue de Gérard LEVOYER

Une gomme !

Tout ça pour une gomme ?

Ou serait-ce la goutte d’eau qui fait déborder le vase ?

Ou encore un fallacieux prétexte ?

Toujours est-il que Jeanine et Simone, deux collègues de

bureau, vont en profiter pour régler leurs comptes sous

le regard impassible de leur cher Directeur.

Elles vont s’envoyer à la figure quelques vérités bien

senties, se faire des pseudo confidences, trouver un

semblant de complicité, semblant est le mot juste, car

elles sont prêtes à tout pour arriver à leur fin.

Et quelle fin ! ! !

Personnages :

Simone Courlier (Ariane Marchika)

Jeanine Famechon (Françoise Girola)

Le directeur (Pascal Huot)

Technique : Etienne Rouera

Durée de la pièce : 1h20

Genre : Comédie


Public : Tout public

 

Fiche technique :

• Espace scénique de 7 m x 5 m de profondeur

Défraiements :

• 500 €uros

 

 

L'Auteur

Gérard Levoyer

 

est un dramaturge français né à Trouville  sur mer en 1946.

Il a reçu le prix radio  SACD en 2003.

Il est l’auteur de sketches, nouvelles,  feuilleton télé,

 

épisodes  de caméra café ;

 

il est également comédien et metteur en scène.
 

 

Prochaines Représentations
 

Lézignan-Corbières : le samedi 10 janvier 2015

Bibliothèque

Petits oiseaux

de Yoko Ogawa

Il est le seul à pouvoir apprendre la langue pawpaw afin de communiquer avec son frère aîné, cet enfant rêveur qui ne parle que le langage des oiseaux, n'emploie que ces mots flûtés oubliés depuis longtemps par les humains. Après la mort de leurs parents, les deux hommes demeurent ensemble dans la maison familiale. D'une gentillesse extrême, l'aîné, qui ne travaille pas, se poste chaque jour tout contre le grillage de la volière de l'école maternelle. Peu à peu, la directrice remarque son calme rassurant pour les oiseaux, sa façon subtile de les interpeler, et lui confie l'entretien de la cage. Quant au cadet, régisseur de l'ancienne résidence secondaire d'un riche propriétaire du pays, le jardin de roses, les boiseries des salons, la transparence des baies vitrées sont à la mesure de son attachement pour les lieux de mémoire. Parfois, les deux frères décident de partir en voyage . Valises en main, ils font halte devant la volière. Ravis de palabrer avec les moineaux de Java, les bengalis ou les canaris citron, ils oublient dans l'instant tout projet de départ. Un jour pourtant le calme du quartier semble en danger, une enfant de l'école disparaît. Petits oiseaux est un roman d'une douceur salvatrice qui nous confie un monde où la différence n'influe pas sur le bonheur, où la solitude conduit à un bel univers, un repli du temps préservant l'individu de ses absurdes travers, un pays où s'éploient la voix du poème, celle des histoires et des chants d'oiseaux, celle des mots oubliés.

_________________________

Trente six chandelles

de Marie-Sabine Roger

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l'heure de son anniversaire, Mortimer Décime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans.
La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ?
Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ? Entre la saga tragique et hilarante des Décime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire.
Mais qui sait si le Destin et l'Amour, qui n'en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ? Dans son nouveau roman, Marie-Sabine Roger fait preuve, comme toujours, de fantaisie et d'humour, et nous donne une belle leçon d'humanité.

Marie-Sabine Roger est notamment l'auteur, au Rouergue, de La tête en friche (adapté au cinéma par Jean Becker), de Vivement l'avenir (prix des Hebdos en région et prix Handi-Livres), et de Bon Rétablissement (prix des lecteurs de L'Express), qui sort en salles en septembre 2014, adapté de même par Jean Becker.

_________________________

Pas pleurer

de Lydie Salvayre

Deux voix entrelacées.
Celle, révoltée, de Georges Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les nationaux avec la bénédiction de l’Église catholique contre les « mauvais pauvres ». Son pamphlet, Les Grands Cimetières sous la lune, fera bientôt scandale.
Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui, soixante-quinze ans après les événements, a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours radieux de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, jours que l’adolescente qu’elle était vécut avec candeur et allégresse dans son village de haute Catalogne.
Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent, comme enchantées par l’art romanesque de Lydie Salvayre, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, portées par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée.

_________________________

Oona et Salinger

de Frédéric Beigbeder

« Il arrive toujours un moment où les hommes semblent attendre la catastrophe qui réglera leurs problèmes. Ces périodes sont généralement nommées : avant-guerres. Elles sont assez mal choisies pour tomber amoureux.
En 1940, à New York, un écrivain débutant nommé Jerry Salinger, 21 ans, rencontre Oona O’Neill, 15 ans, la fille du plus grand dramaturge américain. Leur idylle ne commencera vraiment que l’été suivant... quelques mois avant Pearl Harbor. Début 1942, Salinger est appelé pour combattre en Europe et Oona part tenter sa chance à Hollywood.
Ils ne se marièrent jamais et n’eurent aucun enfant. »

_________________________

L'île du serment

Peter May

Kirsty Cowell a-t-elle poignardé son mari à mort, cette nuit tourmentée sur Entry Island, à l'extrême-ouest du Canada ? Tous le croient, tout l'accable et pourtant Sime Mackenzie, l'enquêteur chargé de l'interroger, ne peut se résoudre à l'accuser. Mais cet étrange sentiment de familiarité qu'il éprouve à son égard n'est-il pas une arme dangereuse offerte à une femme manipulatrice ? À moins que les rêves étranges qui le ramènent à la vie de son aïeul, émigré des Hébrides en terre de Québec au dix-neuvième siècle, ne recèlent une part du mystère ?

_________________________

Et rien d'autre

de James Salter

La Seconde Guerre mondiale vit ses derniers instants. Sur un porte-avions au large du Japon, le jeune officier Philip Bowman rentre à New York. Embauché dans une maison d édition, il devient directeur littéraire et fréquente l intelligentsia new yorkaise. Entre splendeurs du monde des lettres, relations amoureuses et passions charnelles en Amérique et sur le vieux continent, Et rien d autre nous plonge dans quarante années de la vie d un homme, et déploie magistralement le spectre de toute une génération, dans sa gloire et ses échecs.
Les initiés reconnaîtront, derrière le foisonnement des personnages, la silhouette de Norman Mailer, Truman Capote ou de leur éditeur, Joe Fox. Mais Et rien d'autre n'est ni plus ni moins un roman à clés que La Recherche...
Après Un bonheur parfait et Un sport et un passe-temps, James Salter, auteur phare des lettres américaines, sort de plus de 30 ans de silence romanesque avec ce livre puissant, porté par la grâce de son écriture en suspension.

_________________________

Charlotte

de David Foenkinos

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.» Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

 

Bibliothèque Sep 23 '14
Bibliothèque

Le fabuleux destin d'une vache
qui ne voulait pas finir en steack haché

de David Safier

Mis à part l'infidélité de son taureau, Champion, Lolle, une vache laitière, mène une vie tranquille dans un pré du nord de l'Allemagne. Jusqu'au jour où elle apprend de la gueule de Giacomo, un chat errant qu'elle a sauvé de la noyade, que le fermier a décidé de vendre le troupeau de bovins pour régler ses dettes. Afin d'éviter de finir entre deux tranches de pain, Lolle, maligne comme un singe, décide de s'enfuir avec ses amis pour rejoindre le pays où les vaches sont sacrées, l'Inde ! Mais Old Dog, le chien sanguinaire du fermier, a bien l'intention de les en empêcher et de croquer cette sacrée vache ! Débute alors pour Lolle et ses amis un périlleux voyage qui les conduit de l'autre côté de l'Atlantique, de New York à l'Ouest américain, territoire des bisons, jusqu'aux contreforts de l'Himalaya, dans l'antre du yéti...    

____________________

Le village évanoui

de Bernard Quiriny

Un beau matin de septembre, les habitants de Châtillon-en-Bierre se retrouvent confrontés à un curieux phénomène : il leur devient soudain impossible de quitter leur village. Les routes n'aboutissent plus nulle part, tout comme les coups de téléphone et les e-mails. Après la sidération du début, il faut très vite affronter des questions pratiques (comment manger, se soigner, etc), puis des questions métaphysiques. Les Châtillonnais sont-ils désormais seuls dans l'univers ? Est-ce un signe de Dieu ? Jouant de situations tantôt cocasses, tantôt tragiques, Bernard Quiriny signe une savoureuse fable sur la démondialisation doublée d'une interrogation sur le sens de l'existence.

____________________

Khadija

de Marek Halter

Après le succès de sa trilogie La Bible au féminin, Marek Halter nous raconte Les Femmes de l'Islam.
Le premier volet de cette magnifique épopée romanesque rend hommage à Khadija, la première épouse de Muhammad.

La naissance de l'islam, c'est d abord l'histoire d'une femme, Khadija, la première épouse de Muhammad ibn Abdallâh. Si Khadija n'avait pas dit : « Moi je crois », l'aventure musulmane n'aurait jamais commencé.
Khadija, prospère femme d'affaires, est veuve. Pour conserver sa place au sein de la communauté des riches marchands de La Mecque, elle doit se remarier. Contre toute attente, son choix se porte sur un homme pauvre, inconnu et illettré : Muhammad ibn Abdallah. Mais il est de douze ans son cadet, elle est très amoureuse et craint le ridicule. Pourtant, son cœur a bien choisi. Muhammad ne voit pas l'âge de Khadija, il voit sa beauté et son intelligence. Il sait qu'elle est celle qu'il pourra chérir et révérer, et dont il obtiendra amour et respect. En dix ans de bonheur, le couple s'affirme dans la société mecquoise. Khadija s'impose comme une femme d'exception, tandis que la modération et la sagesse de Muhammad conquièrent les puissants. La naissance de trois filles et d'un fils les comble. Mais, soudain, la chance tourne. La peste s'abat sur La Mecque. Alors que Muhammad mène une caravane vers la Syrie, Khadija fait preuve d'un courage et d'une force inouïs afin de sauver la population. Puis, au retour de Muhammad, des pluies torrentielles s'abattent sur la ville et leur fils unique meurt. Cette série de tragédies annonce-t-elle des temps nouveaux ?
Muhammad se renferme et s'isole dans le désert. Là, un ange, l'ange Gabriel, lui transmet les paroles du Dieu Unique. Il croit devenir fou, il a peur. Khadija, elle, pressent qu il s'agit là d'un grand événement. Elle l'encourage et fait venir des scribes pour immortaliser ces paroles mémorisées par Muhammad, posant ainsi les fondements sur lesquels le Prophète bâtira l'une des plus formidables aventures religieuses du monde. Une aventure passionnante qu'aujourd hui, quinze siècles plus tard, plus d'un milliard d'individus vénèrent comme « leur histoire ». Mais bientôt Muhammad est persécuté, et Khadija, vieillissante, doit se battre pour le défendre.

Le deuxième volet de la trilogie rendra hommage à Fatima, sa plus jeune fille, la guerrière, et son principal soutien. Sans elle, Muhammad n'aurait pu imposer l'islam dans la péninsule arabique.

Le troisième tome sera consacré à Aïcha, sa jeune épouse, sa « bien-aimée », qui a fidèlement retranscrit les paroles de Muhammad, donnant ainsi naissance à la sunna, tradition sur laquelle s'appuie aujourd'hui la majorité des musulmans.

____________________

Elle marchait sur une fil

de Philippe Delerm

A cinquante ans, Marie se retrouve seule. Telle la marée montante, la vie a effacé la trace de ses pas. Un autre chemin reste à inventer. La rencontre d'un groupe de jeunes comédiens lui ouvre de nouveaux horizons : elle montera avec eux le spectacle qu'elle avait imaginé pour son fils. Mais le rêve peut tourner à la tragédie. Les parents doivent-ils influencer le devenir de leurs enfants ? Que reste-t-il à créer lorsqu'on entame la seconde partie de sa vie ? Dans ce roman poignant qui oscille entre la Bretagne et Paris, Philippe Delerm aborde ces sujets pour la première fois, traçant le portrait fragile d'une femme en équilibre sur le fil de sa vie.

____________________

Expo 58

de Jonathan Coe

Londres, 1958. Thomas Foley dispose d'une certaine ancienneté au ministère de l'Information quand on vient lui proposer de participer à un événement historique, l'Exposition universelle, qui doit se tenir cette année-là à Bruxelles. Il devra y superviser la construction du Pavillon britannique et veiller à la bonne tenue d'un pub, Le Britannia, censé incarner la culture de son pays. Le jeune Foley, alors qu'il vient de devenir père, est séduit par cette proposition exotique, et Sylvia, son épouse, ne voit pas son départ d'un très bon oeil. Elle fera toutefois bonne figure, et la correspondance qu'ils échangeront viendra entrecouper le récit des nombreuses péripéties qui attendent notre héros au pays du roi Baudouin, où il est très vite rejoint par de savoureux personnages : Chersky, un journaliste russe qui pose des questions à la manière du KGB, Tony, le scientifique anglais responsable d'une machine, la ZETA, qui pourrait faire avancer la technologie du nucléaire, Anneke, enfin, l'hôtesse belge qui va devenir sa garde rapprochée... Coe embarque le lecteur dans une histoire pleine de rebondissements, sans que jamais la tension ne retombe ou que le ridicule ne l'emporte. Sous la forme d'une parodie de roman d'espionnage, il médite sur le sens de nos existences et dresse le portrait d'un monde disparu, l'Angleterre des années 1950, une société tiraillée entre une certaine attirance pour la liberté que semble offrir la modernité et un attachement viscéral aux convenances et aux traditions en place.

____________________

Tout l'amour de nos pères

de Christian Signol

Pour garder la mémoire de leurs aïeux, quatre descendants d'une même famille, les Marsac, vont prendre la plume. Chacun témoigne de l'âpre combat pour conserver le « Grand Castel », domaine au cœur de la Dordogne, malgré les tragédies qui ont tourmenté l'Histoire de France, depuis la Révolution jusqu'à la guerre d'Algérie apparaîtront ainsi Napoléon, Louis XVIII, Charles X, Napoléon III, jusqu à Charles de Gaulle.

C'est Pierre, enfant trouvé et adopté dans une famille de propriétaire terrien, qui confie le premier le récit de sa vie. Albine, Aurélien et Ludivine reprendront son journal. Ils ont en héritage un fort patriotisme qui les poussera sur les champs de batailles. Les narrateurs meurent et laissent leur place à d'autres. Portés aussi par l'amour de leur prochain, ils se formeront à la médecine, luttant contre l'ignorance, les préjugés, la malnutrition, les problèmes d'hygiène et la dureté des mœurs d'antan.

Quatre voix vibrantes, quatre destins hors du commun, seul demeure le Grand Castel auquel tous sont viscéralement attachés, malgré la marche des siècles qui va bouleverser les mœurs et les mentalités d'une France jusque-là figée dans le temps.

Bibliothèque Aou 3 '14
MJC Carcassonne

La MJC de Carcassonne

 

Depuis un demi-siècle, les Maisons des Jeunes et de la Culture contribuent à l'équilibre social des individus et forment des générations de citoyens. Au cœur de notre projet, nous privilégions l'épanouissement de la personne par l'accès à l'éducation et à la culture pour que chacun dispose des moyens d'exercer sa citoyenneté et participe à la construction d'une société plus solidaire. Jour après jour, avec les habitants, les jeunes, les associations et les élus, les MJC renforcent le lien social, condition pour que s'exerce une démocratie vivante qui associe initiative et prise de responsabilité.

Une MJC, qu'est ce que c'est ?

· La MJC est une association à but non lucratif (association Loi 1901).
· Les adhérents réunis en assemblée générale élisent un conseil d'administration.
· Le conseil d'administration est l'instance dirigeante de la MJC. Il est composé en majorité des adhérents, des partenaires locaux et institutionnels, mairie, ministère de la jeunesse et des sports, caisse d'allocations familiales, des fédérations régionale et départementale, du personnel d'encadrement, des associations locales.
· Le conseil d'administration élit un bureau comprenant en particulier un président, un trésorier, un secrétaire.

· Les ressources des MJC proviennent des cotisations des adhérents et de différentes subventions de la municipalité, du conseil général, du conseil régional et divers ministères.

 

La MJC est ouverte à tous, sans discrimination. Respectueuse des convictions personnelles, elle s'interdit toute attache avec un parti, un mouvement politique, ou une confession.  Unies dans la Confédération des MJC de France qui regroupe 18 fédérations régionales de MJC et plus de 1000 associations, les MJC constituent un des tous premiers réseaux associatifs français.


Les Principes fondateurs des MJC
 

Notre ambition est de favoriser l'autonomie des personnes et de faire que chacun participe à la construction d'une société plus solidaire. Notre mission est d'animer des lieux d'expérimentation et d'innovation sociale au plus près des habitants. C'est d'offrir des services qui encouragent l'initiative, la responsabilité et la pratique citoyenne.

 

Démocratie
MJC, Maison pour tous, Centre d'Animation Rural ont un cadre statutaire précis car il n'est pas de démocratie sans règles. Ces règles forment les jeunes aux responsabilités. La structure n'est pas un carcan mais un espace favorable à l'imagination, à l'initiative, à la créativité. 


Partenariat
L'association est cogérée par les adhérents et les partenaires financiers : ville, administration, fédération... tous vont inventer, créer dans des domaines aussi variés que l'action culturelle, sociale, économique, avec une approche globale des besoins de la population. Ainsi les MJC assurent une mission de SERVICE PUBLIC. Nos partenaires les collectivités territoriales, les Ministères, Jeunesse et Sports, Culture, les Caisses d'Allocations Familiales, les Fédérations et autres associations partenaires locales ...

 

Indépendance
Les MJC ont toujours affirmé, manifesté et prouvé leur indépendance par rapport à tous les mouvements d'idées politiques ou confessionnels. Chaque MJC est libre de ses actions, elle est autonome, dans le respect de la déclaration des principes de la Confédération des MJC de France.

MJC Carcassonne Juil 17 '14
Pages : « 1 2 3 4 5

Catalogue 2019-2020

liste activité

Heures Ouverture MJC

MJC - CIS
91 rue Aimé Ramond
11000 Carcassonne

Fermée le Matin

Après midi

du Lundi au Samedi
de 13h30 à 19h

Soirée
(entrée par la porte de la Cafet')

du Lundi au Samedi
de 19h à 23h
(fermeture avant 23h possible)

Contact
Tel : 04.68.111.700
Fax : 04.68.111.709
mjc@carca.org

liste activité

Les Rubriques

Cie du Hérisson

ME BARMAN & YOU KULELE

La MJC aussi a son barde gaulois. Hélas, ce n'est un secret pour personne, le barman chante... et pas depuis hier. Toujours est-il que la guitare ne lui suffit plus, il s'accompagne désormais d'un ukulélé et c'est parfois difficile de se faire servir un café.
Pour cafeter un peu, je dirais qu'il est en train de pourrir la boîte à mp3 de nos zigues avec ses oeuvres... la preuve est ici.

Pourquoi garderions nous pour nous seuls ces trésors qui font de notre cafette un endroit si spécial, toujours vide, parfois calme, voire accueillant, où le service est non garanti mais assuré par un peintre musicien.