Loading...
fr

Blog de l'utilisateur

Bibliothèque

Les bibliothécaires vous présentent leurs coups de cœur de la rentrée littéraire 2018. Devenez lecteurs de la Bibliothèque, venez vous inscrire et empruntez ses livres.

Permanence le mardi de 15h à 17h30.



BARDET, Marie. A la droite du père. Emmanuelle Colas, 2018.

Premier roman en partie autobiographique où se rencontrent deux êtres au lourd passé. Un passé qui balaie une bonne partie du 20e siècle.

 Marie Bardet a été notre invitée  avec l'association LUCIOLE le samedi 10 novembre. Un moment fort et chaleureux que le public a apprécié.


_______________________________________________________



BARNES, Julian. La seule histoire. Mercure de France, 2018.

Un premier amour détermine une vie pour toujours, c'est ce que va découvrir le narrateur. Mais vaut-il mieux avoir aimé et perdre ou ne jamais avoir aimé?


_______________________________________________________

 


DELABROY-ALLARD, Pauline. Ça raconte Sarah. Minuit, 2018.

Une rencontre improbable. Un coup de foudre? Une très belle langue.


_______________________________________________________

 


DESARTHE, Agnès. La chance de leur vie. Olivier, 2018.

Une famille française avec le père, universitaire, part aux USA pour quelques mois. La mère se révèle à nous au fil des pages, et le père entame une vie de Don Juan. Quant au fils adolescent ...

Nous recevrons Agnès Desarthe à la MJC grâce à l'association LUCIOLE le samedi 19 janvier à 16h.


 

_______________________________________________________



FERRARI, Jérôme. A son image. Actes Sud, 2018.

L'auteur explore avec ce roman bouleversant d'humanité les liens ambigus qu'entretiennent l'image, la photographie, le réel et la mort.


_______________________________________________________

 


FOENKINOS, David. Vers la beauté. Gallimard, 2018.

Une drôle d'histoire : un professeur d'école de Beaux-arts quitte son poste pour devenir gardien de musée. Quel secret recèle-t-il?

 

 _______________________________________________________

 


MATHIEU, Nicolas. Leurs enfants après eux. Actes Sud, 2018.

Des adolescents dans les années 90 dans une vallée de l'Est de la France : quatre étés, quatre moments pour nous emmener à toute vitesse dans une France des classes moyennes.

PRIX GONCOURT 2018

 

_______________________________________________________



NOTHOMB, Amélie. Les prénoms épicènes. Albin Michel, 2018.

L'histoire d'une vengeance. Mais qui se venge de qui?
Bibliothèque

SAMEDI 5 MAI 2018, à la M.J.C. DE CARCASSONNE

 

RENCONTRE, conversation, lecture, débat AVEC VALENTINE GOBY, AUTOUR DE SES DERNIERS ROMANS, dont UN PAQUEBOT DANS LES ARBRES (Actes Sud, 2016)

 

Entrée libre et gratuite, apéritif offert

 

Valentine Goby est une écrivaine française née à Grasse en 1974. Après des études à Sciences Po, elle a vécu trois ans en Asie, à Hanoï et à Manille, où elle a travaillé pour des associations humanitaires auprès d'enfants des rues. Elle n'a jamais cessé d'écrire, et publie son premier roman en 2002 chez Gallimard : La Note sensible. Elle devient enseignante en lettres et en théâtre, métier qu'elle exerce en collège durant huit années avant de se consacrer entièrement à l'écriture, et à de multiples projets autour des livres : ateliers, rencontres, conférences, résidences d'écritures en milieu scolaire, en médiathèque, à l'université. Elle est actuellement maître de conférences à Sciences Po en littérature et ateliers d'écriture, et administratrice de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la Jeunesse et présidente du Conseil permanent des écrivains. Outre ses 13 publications en littérature générale, elle écrit une œuvre importante pour la jeunesse.

Elle a reçu de multiples récompenses pour chacun de ses romans, en littérature générale et en littérature jeunesse.

Passionnée par l'histoire et par la transmission, la mémoire est son terrain d'exploration littéraire essentiel.

Enfin, en 2017, elle publie un essai littéraire remarquable : « Je me promets d’éclatante revanche » - Une lecture intime de Charlo Delbo,  L’Iconoclaste, 2017.

 

SES ROMANS :

La Note sensible, Gallimard, 2002, Folio n°4029

Sept jours, Gallimard, 2003, Folio n°5983

L’Antilope blanche, Gammilard, 2005, Folio n°4585

L’Échappée, Gallimard, 2007, Folio n°4776

Qui touche à mon corps je le tue, Gallimard, 2008, Folio n°5003

Des corps en silence, Gallimard, 2010, Folio n°5281

Banquises, Albin Michel, 2011, Le Livre de poche, 2013

Kinderzimmer, Actes Sud, 2013, Babel n°1300. Prix des libraires 2014 et autres nombreux prix

La Fille surexposée, Alma Éditeur (coll. Pabloïd), 2014

Baumes, Actes Sud Essences, 2014 (coll. Essences)

Un paquebot dans les arbres, Actes Sud, 2016

 

À PROPOS D’UN PAQUEBOT DANS LES ARBRES

Ce roman a reçu le Grand Prix SGDL de la Fiction 2017.

Au milieu des années 1950, Mathilde sort à peine de l’enfance quand la tuberculose envoie son père et, plus tard, sa mère au sanatorium d’Aincourt. Cafetiers de La Roche-Guyon, ils ont été le cœur battant de ce village des boucles de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de Paris.
Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant est ruiné par les soins tandis que le placement des enfants fait voler la famille en éclats, l’entraînant dans la spirale de la dépossession. En ce début des Trente Glorieuses au nom parfois trompeur, la Sécurité sociale protège presque exclusivement les salariés, et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui par insouciance, méconnaissance ou dénuement tardent à solliciter la médecine.
À l’âge où les reflets changeants du fleuve, la conquête des bois et l’insatiable désir d’être aimée par son père auraient pu être ses seules obsessions, Mathilde lutte sans relâche pour réunir cette famille en détresse, et préserver la dignité de ses parents, retirés dans ce sanatorium – modèle architectural des années 1930 –, ce grand paquebot blanc niché au milieu des arbres.

CE QU’EN DIT L’AUTEURE :

« Un désastre architectural m’offre le contexte de ce roman, une rencontre avec une femme incroyable en fait un chant d’amour. Le bâtiment est le jadis splendide sanatorium d’Aincourt, tombé en ruine au milieu de la forêt, dont la mémoire disparaît sous les gravats. L’histoire d’amour est celle d’une fille pour son père et pour sa famille, au début des années 1960.
La famille dont je parle tient un café au centre de La Roche-Guyon, et Paul Blanc est le centre du café. Il est la figure solaire qui attire tous les regards – joueur d’harmonica, clown, confident, ami fantasque et généreux jusqu’à l’inconscience – y compris celui de sa fille Mathilde, garçon manqué qui ne recule devant rien pour éblouir son père. Elle est la reine du royaume de La Roche, son fleuve, ses douves, ses ronciers, ses bois. Autour de Paul Blanc tournent deux autres enfants pareillement aimantés, et une épouse solide comme le roc. Nulle tragédie ne semble pouvoir venir à bout d’un tel amour, le plus grand amour, Mathilde en est sûre… pas même la tuberculose, qui fait une entrée fracassante dans leur existence et emporte tout, santé, travail, logement, les disloque entre services sociaux et sanatorium.


Mathilde devient le centre de ce corps éclaté. J’ai voulu, encore une fois, mettre en lumière l’extraordinaire capacité de résistance des plus éprouvés. Dans la France des Trente Glorieuses, de la Sécurité sociale et des antibiotiques, qui à certains donnent l’illusion de l’immortalité, la maladie reste, comme le dit Jean-Paul Sartre évoquant la peste, une exagération des rapports de classe. À force de volonté, d’abnégation et d’une audace qui frise le scandale, Mathilde tente de redonner dignité à ceux qu’elle aime. Mineure émancipée, rebelle à tout compromis liberticide (protection sociale contre docilité), elle porte les siens à bout de bras et incarne cette fille puissante et combative que commande l’étymologie de son prénom. Elle refuse la fatalité, la spirale de la dépossession, elle est l’enchanteresse, qui rallume les feux éteints et cherche sans cesse la joie.


Un tel projet ne va pas sans sacrifices. Mathilde a neuf ans au début de l’histoire, à peine dix-neuf au cœur de la tragédie. L’adolescente bouillonnante de vie s’abîme dans la mission qu’elle s’est donnée, écrasée de responsabilités qui ne sont pas de son âge. Ce sont des présences merveilleuses, parfois inattendues qui la relèvent et la sauvent : Jeanne la simplette du village qui ne craint pas les bacilles, Jacques le petit frère mélancolique, Walid le Marocain qui incarne une promesse d’évasion ; et surtout la directrice du lycée de Mantes-la-Jolie, qui lui ouvre les portes d’un monde plus vaste à travers les journaux, une langue et une géographie nouvelles, et notamment l’évocation de la guerre d’Algérie où résonnent singulièrement les mots « indépendance » et « liberté ».


Le « paquebot », c’est l’autre nom donné aux sanatoriums construits dans les années 1930, qui ressemblaient à de vastes navires avec leurs terrasses exposées plein sud et leur architecture massive. Cette évocation d’un bateau voguant sur un océan de verdure, de préférence à celle du sana en retrait du monde, dit à sa façon le désir de Mathilde de se hisser vers la lumière, en capitaine de vaisseau. »

 

LA PRESSE EN FAIT L’ÉLOGE :

Le quotidien national, Le Parisien - Aujourd'hui en France a décerné lundi ses Étoiles 2016 de la culture et de la télévision. Étoile du roman français : «Un paquebot dans les arbres» de Valentine Goby 

« LA FORCE D'UN CLASSIQUE. Tout allait bien chez les Blanc. Mais patatras. Pour un poumon mal soigné, la tuberculose s'est invitée, les parents ont été touchés et la honte s'est installée. Pestiférés, les Blanc, exilés dans le Val-d'Oise au sanatorium d'Aincourt, véritable paquebot dans les arbres. Inspiré d'un vrai témoignage, ce récit a la force des grands romans classiques à l'ancienne.
UNE ATMOSPHÈRE. Auteure d'une œuvre déjà conséquente dont une partie pour la jeunesse, Valentine Goby plonge dans le clair-obscur des années 1950 comme elle mettrait les mains dans le moteur d'une Simca Aronde. Son atmosphère est là, perceptible, cinématographique.
HOMMAGE AUX HUMBLES. Implacable, poignant, ce roman raconte une forme de cruauté ordinaire mais rend surtout hommage à la dignité et la force de résistance des humbles. » (Pierre Vavasseur, Le Parisien).

Bibliothèque

Les bibliothécaires de la Bibliothèque de la MJC vous invitent à prendre connaissance de leurs nouveautés :

 

Chanson de la ville silencieuse

d'Olivier ADAM (Flammarion, 2018)

Mon père chanteur des rues à Lisbonne, sur les pentes de l'Alfama, est parti dans la nuit. Je suis la fille dont le père est déclaré mort. Je cherche un musicien errant, un ermite ayant tout laissé derrière lui.

 

___________________________________

 

Les spectateurs

de Nathalie AZOULAI (P.O.L., 2018)

De l'importance d'un poste de télévision dans les années 60 en France pour un jeune garçon. Une histoire d'exil. Un récit solaire qui fait écho aux histoires de réfugiés d'aujourd'hui.

 

___________________________________

 

Des jours sans fin

de Sebastian BARRY (Joëlle Losfeld, 2018)

Thomas Mc Nulty un émigré irlandais tente sa chance en Amérique, il se liera à John Cole, l'ami de sa vie. Ils combattent les indiens des grandes plaines de l'Ouest tout en formant une famille étrange et touchante.

 

___________________________________

 

Pactum salis

d'Olivier BOURDEAUT (Finitude, 2018)

Deux hommes se lient d'amitié : un paludier venu de Paris mène une vie monacale. Le second, agent immobilier très ambitieux, gare sa porsche devant une boite de nuit. En une semaine ils vont tenter de se comprendre dans les marais salants.

 

___________________________________

 

Les rêveurs

d'Isabelle CARRE (GRASSET, 2018)

L'auteur nous décrit l'histoire d'une famille des années 70. Une famille un peu déglinguée mais ô combien touchante, avec la découverte du monde compliqué des adultes. Une écriture à découvrir, un roman étonnant tout en finesse.

 

___________________________________

 

Vie de David Hockney

de Catherine CUSSET (Gallimard, 2018)

David Hockney a dû se battre pour devenir un artiste. Il a vécu entre Londres et Los Angeles. Sous la plume de Catherine Cusset ce livre dresse un portrait intime, émouvant du peintre anglais vivant le plus connu.

 

___________________________________

 

La minette de Sikirida

de Rachid EL-DAIF (Actes Sud, 2018)

La minette de Sikirida dans ce roman est la métaphore de tous les personnages dont il raconte l'histoire douloureuse dans le contexte d'une guerre atroce et interminable. Le romancier rend hommage à toutes les femmes qui se comportent avec un courage exemplaire face au machisme ambiant.

 

___________________________________

 

L'amie prodigieuse T.4 L'enfant perdue

d'Elena FERRANTE (Gallimard, 2018)

Où l'on retrouve les deux amies, Lila et Elena, leurs amours et leurs entreprises. Une saga renversante sur l'Italie du XX° siècle.

 

___________________________________

MJC Carcassonne

Atelier Chinois

Sur rendez-vous / Renseignements à l'accueil

25 € par année scolaire + carte MJC

Public : adultes très motivé(e)s

______________________________________

Conversation Anglaise

Mardi de 18h à 19h15 (moyens)
Mardi de 19h20 à 20h40

15 € par année scolaire + carte MJC

Public : 15 ans et +

______________________________________

Conversation Espagnole

Lundi de 17h30 à 19h (débutants)
Lundi de 18h15 à 19h45 (intermédiaires)
Mercredi de 14h30 à 15h45 (moyens)
Mercredi de 18h15 à 19h30 (moyens +)
Vendredi de 17h30 à 19h (la Tertulia)

15 € par année scolaire + carte MJC

Public : adultes

 

MJC Carcassonne

 

Atelier Musique Irlandaise

 

Mercredi de 19h à 20h (Débutants)
Mercredi de 20h à 22h (Tous nivaux)

0 € par année scolaire + carte MJC

Public : 10 ans et +

 

 

______________________________________

 

Danse Country

 

Mardi de 15h à 16h (Débutants 1ère année)
Mardi de 16h à 17h (cours de rattrapage)

Mardi de 17h à 17h30 (avec partenaire)

Mercredi de 18h30 à 19h30 (Débutants 1ère année)
Jeudi de 19h30 à 20h45 (Débutants 2ème année)

Jeudi de 20h45 à 22h (Débutants 2ème année et Novices)

12 € par année scolaire + carte MJC

Public : 9 ans et +

 

 


______________________________________

 

Danse Modern Jazz

 

Mardi de 20h à 21h30 (Adultes)
Samedi de 10h à 11h (4 à 7 ans)
Samedi de 11h à 12h (8 à 10 ans)
Samedi de 13h30 à 14h45 (11 à 13 ans)
Samedi de 14h45 à 16h (14 ans et + , débutants)
Samedi de 16h à 17h15 (14 ans et + , tous niveaux)

Samedi de 17h15 à 18h30 ( 14 ans et + , intermédiaires)

120 € par année scolaire + carte MJC

Public : 4 ans et +

 

 

______________________________________

 

Danse Salsa

 

Lundi à 18h45 (Débutants)
Mercredi à 20h (Intermédiaires)
Mercredi à 21h (Confirmés)

130 € par année scolaire + carte MJC

Public : 14 ans et +

 

 

______________________________________

 

Danses Traditionnelles

 

Jeudi de 20h30 à 22h30

10 € par année scolaire + carte MJC

Public : tout public

 

______________________________________

 

Fanfare

 

1 Mercredi sur 2 à 21h

0 € par année scolaire + carte MJC

Public : Adultes

 

 

______________________________________

 

Guitare Finger Style

 

 En attente

 

 

______________________________________

 

Handi Danses

 

Vendredi de 15h à 16h30

120 € par année scolaire + carte MJC

Public : Adultes

 

 

______________________________________

 

Sevillanas Flamencas

 

Lundi à 20h et Vendredi à 19h15

60 € par année scolaire + carte MJC

Public : 12 ans et +

 

______________________________________

 

Technique et Guitare

 

Mardi de 18h à 20h30

15 € par année scolaire + carte MJC

Public : Adultes

 

 

MJC Carcassonne

 

Bridge

 

Du Lundi au Samedi
Renseignements auprès du club : 04.68.25.19.02

7 € par année scolaire + carte MJC + Licence Fédérale de Bridge

Public : 14 ans et +

 

 

______________________________________

 

Cartes à Jouer (belote, tarot...)

 

Vendredi de 14h à 16h
(s'inscrire à l'accueil)

15 € par année scolaire + carte MJC

Public : Adultes

 

 

______________________________________

 

Des Chiffres et des Lettres

 

Mardi de 18h à 20h
Samedi de 14h à 16h30

17 € par année scolaire + carte MJC

Public : 10 ans et +

 

 

 

 

______________________________________

 

Grabuge - Club de jeux

 

Grande soirée jeux de société le premier vendredi de chaque mois à 19h30
Soirée Jeux de Société des Vendredis Ludiques les autres vendredis à 21h
Jeux de Figurines les samedis à 15h
Jeux de Rôle sur rendez-vous
Plus de renseignements sur le site du Club Grabuge

15 € par année scolaire + carte MJC
(5 €uros pour les chômeurs)

Public : 12 ans et +

 

 

 

______________________________________

 

Scrabble

 

Lundi et Vendredi de 14h30 à 16h30

Droits de table + carte MJC

Public : 16 ans et +

 

 

MJC Carcassonne

 

Bibliothèque

 

Mardi de 15h à 17h30

10 € par année scolaire + carte MJC + 1€ / livre

Public : 16 ans et +

 

 

______________________________________

 


 


MJC Carcassonne

 

Accompagnement Scolaire

 

Jour et Horaire en accord avec l'enseignant bénévole

0 € par année scolaire + carte MJC

Public : de la 6e à la Terminale

 

 

 

______________________________________

MJC Carcassonne

 

 

Académie de Dessin

 

Lundi de 18h30 à 20h30

120 € par année scolaire + carte MJC ou 50 € les 10 séances

Public : Adultes

 

 

______________________________________

 

 

Atelier Aquarelle Ouvert

 

Mercredi de 18h à 20h

10 € par année scolaire + carte MJC

Public : Adultes

 

______________________________________

 

Atelier Arts Platiques "Main dans la Main"

 

un Jeudi sur deux, de 18h à 19h30

10 € par année scolaire + carte MJC

Public : 12 ans et +

 


______________________________________

 

Atelier Peinture DK-lé

 

Mardi de 14h à 18h,

Mercredi de 14h à 18h et Samedi de 14h à 18h

20 € par année scolaire + carte MJC

Public : 10 ans et +



______________________________________

 

Atelier Poterie

 

Mercredi de 17h30 à 20h

20 € par année scolaire + carte MJC

Public : 15 ans et +

 


Bibliothèque

La Bibliothèque de la Maison des Jeunes et de la Culture de Carcassonne vous informe de son choix de livres en cette rentrée 2017.

 

Les Vacances

de Julie WOLKENSTEIN (P.O.L., 2017)

Une enquête littéraire, cinématographique, intime avec pour toile de fond "Les petites filles modèles" de la Comtesse de Ségur.

 

___________________________________

 

Vera

de Karl GEARY (Rivages, 2017)

Une rencontre incroyable entre deux êtres fort dissemblables. Une histoire d'amour intense. Un premier roman.

 

___________________________________

 

Gabriële

de Anne et Claire BEREST (Stock, 2017)

Biographie par les arrières-petites filles de Gabriëlle Buffet-Picabia, égérie de peintres, poètes. Une féministe avant l'heure.

 

___________________________________

 

Sucre Noir

de Miguel Bonnefoy (Rivages, 2017)

Dans un village des Caraïbes, la légende d'un trésor disparu vient bouleverser l'existence de la famille Otero. Tableau émouvant d'un pays dont les richesses sont autant de mirages et de maléfices.

 

___________________________________

 

Le cœur battant de nos mères

de Brit BENNET (Autrement, 2017)

Nadia 17 ans décide de quitter la communauté noire et avec une bourse rentre dans une grande université. Changement de vie, de relations, fréquentant l'élite, mais elle laisse derrière elle...

 

___________________________________

 

Point Cardinal

de Léonor de Récondo (Sabine Wespieser, 2017)

Pour être soi, sa vie se transforme et c'est un cheveu blond, trouvé par sa femme Solange, qui conforte Laurent dans sa certitude ?

 

 

Bibliothèque Oct 11 '17
Pages : 1 2 3 4 5 »
liste activité

Heures Ouverture MJC

MJC - CIS
91 rue Aimé Ramond
11000 Carcassonne

Fermée le Matin

Après midi

du Lundi au Samedi
de 13h30 à 19h

Soirée
(entrée par la porte de la Cafet')

du Lundi au Samedi
de 19h à 23h
(fermeture avant 23h possible)

Contact
Tel : 04.68.111.700
Fax : 04.68.111.709
mjc@carca.org

liste activité

Les Rubriques

Cie du Hérisson

ME BARMAN & YOU KULELE

La MJC aussi a son barde gaulois. Hélas, ce n'est un secret pour personne, le barman chante... et pas depuis hier. Toujours est-il que la guitare ne lui suffit plus, il s'accompagne désormais d'un ukulélé et c'est parfois difficile de se faire servir un café.
Pour cafeter un peu, je dirais qu'il est en train de pourrir la boîte à mp3 de nos zigues avec ses oeuvres... la preuve est ici.

Pourquoi garderions nous pour nous seuls ces trésors qui font de notre cafette un endroit si spécial, toujours vide, parfois calme, voire accueillant, où le service est non garanti mais assuré par un peintre musicien.